Les Lobsters – Série –
22385
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-22385,stockholm-core-2.0.6,select-theme-ver-8.1,ajax_fade,page_not_loaded,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,paspartu_enabled,menu-animation-underline,side_area_uncovered,,qode_menu_,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.1,vc_responsive

Les Lobsters – Série –

Le homard juste avantporcelaine émaillée, 2021.

Les éclats de nous en homardporcelaine émaillée, 2021.

Le homard peauporcelaine émaillée, 2021.

Le homard épuisé, porcelaine émaillée, 2021.

Le homard cuit, porcelaine émaillée, 2021.

crédit photo : Studio Florent Larronde.

Le homard est un protagoniste.

Il est à la fois la symbolique de la résurrection dans les natures mortes et généreux de légendes et caractéristiques prouvées ou non scientifiquement. C’est cette ambiguité qui a attiré l’artiste, le fantasme provoqué par cet animal très souvent comparé à l’être humain.

 

Liste non exhaustive des faits réels et légendaires récoltés.

Le homard est très sensible et a un sens du toucher exceptionnel.

Les enfants et les parents homards se tiennent la main.

Les amoureux homards parfois aussi, se promènent pince dans la pince.

Les homards ressentent la douleur et doivent donc apprendre à l’éviter.

Les homards n’ont pas la capacité de mourir d’un choc. Leur souffrance est longue.

Les homards ressentent le stress.

Les homards se choississent un trou dans un rocher pour vivre seul à l’intérieur. Leur trou est essentiel pour eux.

Les homards ne déclinent pas physiquement, ils ne meurent donc pas de vieillesse.

Les homards sont immortels.

La femelle, attirée par l’odeur d’un mâle, s’approche et mue pour pouvoir s’accoupler. Une fois qu’elle est nue, ils peuvent consommer leur idylle alors que lui reste paré.

Le homard mue pour grandir. Lorsque sa carapace est trop petite, il se place sur le flanc, elle se brise, il se remplit d’eau alors pour être plus gros et ainsi constituer une coque plus grande. Il est pensé que c’est sa propre incapacité à sortir de l’une de ses peaux solides qui le tuera. Car plus il mue, plus sa coquille durcit l’empêchant un jour de s’en défaire.