Zara
21735
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-21735,stockholm-core-2.0.6,select-theme-ver-6.5,ajax_fade,page_not_loaded,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,paspartu_enabled,menu-animation-underline,side_area_uncovered,,qode_menu_,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.1,vc_responsive

Zara

Zara, acrylique sur toile, 100 x 140, 2018.

SÉRIE Femmes piscines, 2018.

 

Zara, texte extrait de l’édition Feu Femme Piscine écrit par Coline Gaulot.

 

ZARA

Il y a des piscines qui n’ont pas besoin d’eau, de mosaïques, de formes. 

Il y a des personnes qui n’ont pas besoin de mots, de dialogues, de compréhension. 

Une déesse a-t-il dit. Zara est la déesse du savoir ici.

Zara est seule sous son voile, elle me regarde, me sourit. J’ai envie de la prendre dans mes bras, de partir avec elle, de l’amener. 

J’ai envie qu’elle jète son voile. J’ai envie qu’elle hurle. 

Nous serions dans une voiture, nous rigolerions fort.  Il fait beau, je roule vite, nous sommes dans le sud du Maroc. Nous arrivons, elle rit toujours, elle aperçoit la rivière et en se déshabillant, court vers l’eau. Elle tombe à moitié sur le sol en trébuchant dans sa robe outremer, d’un bleu intense et sec. Elle se relève, balance tout et court se jeter dans l’eau. Elle me fait signe de venir, elle rit. 

Avec ces quelques phrases, j’ai imaginé notre liberté. 

Je n’arrive pas à savoir ce qu’elle aurait imaginé.