Ma mère, Lenôtre et les Autres
22055
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-22055,stockholm-core-2.0.6,select-theme-ver-6.5,ajax_fade,page_not_loaded,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,paspartu_enabled,menu-animation-underline,side_area_uncovered,,qode_menu_,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.1,vc_responsive

Ma mère, Lenôtre et les Autres

L’édition Ma mère, Lenôtre et les Autres est un recueil de textes inspirés par les photographies utilisées pour l’installation Joyeux A, installation en porcelaine. Ils retracent des instants de vie, familiaux, amicaux. Nous sommes à des anniversaires. Nous regardons le gâteau, il va être soufflé. Que se passe-t-il autour, dans la tête des protagonistes, dans les vies?

Récit à la fois intime et universel, Ma mère, Lenôtre et les Autres est un chemin de 33 années en suspend.

 

 

EXTRAIT

 

 

LE DÉCOLTÉ 

L’âge des 14 ans est communément lié à la puberté, les changements corporels, physiques et même psychiques. 

Sur cette image on peut voir que je fais le même mouvement que tous les ans. Me baisser lentement au rythme d’une chanson d’anniversaire pour souffler des bougies. La différence est la vision discrète d’un nouveau décolté, faisant son apparition sur le haut de mon débardeur violet. 

Je me souviens qu’à cet âge-là mon corps ne m’avait pas posé plus de questions que cela. Mais je le trouvais laid. Surtout ma poitrine, des seins en poire avait dit ma mère. On n’a surtout pas envie que ces mots viennent de la bouche de sa mère. Pourtant c’était dit. Et l’un bien plus gros que l’autre. L’entre-deux corps. Une sorte de transition qui avait déjà commencé auparavant et qui prenait des accents définitifs ici. Parce que le plus gros est resté plus gros et les poires, des poires. Les adolescents, je l’ai compris plus tard, ont une odeur bien particulière, comme acide. Lorsqu’un adolescent passe, ça me fait une sorte de madeleine de Proust de la transpiration. 

Le gâteau pour cet anniversaire était un carré sur lequel se trouvait une poussière de chocolat. Ce cacao poudré sur le dessus me donnait l’impression que j’allais m’étouffer. Je n’aime pas trop les gâteaux surchocolatés et je me souviens de la sensation assez désagréable que m’a laissée celui-ci.