Inéka
77
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-77,stockholm-core-2.0.6,select-theme-ver-6.5,ajax_fade,page_not_loaded,vertical_menu_enabled, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,paspartu_enabled,menu-animation-underline,side_area_uncovered,,qode_menu_,wpb-js-composer js-comp-ver-6.4.1,vc_responsive

Inéka

Crédit photo: Laure Subreville. 

Inéka, acrylique sur toile, 70 x 92, 2018.

SÉRIE Femmes piscines, 2018.

Inéka est aussi un texte de l’édition Feu Femme Piscine écrit par l’artiste.

 

INÉKA

G nageait dans l’eau glaciale pour rejoindre les îles désertes, les autres rives. Il n’avait peur de rien et surtout pas de l’eau. C’était un conquérant.

Au milieu du fleuve, il faisait venir ses enfants pendant que leur mère, Inéka, de l’autre côté de la rive frissonnait de peur. Elle les regardait être au coeur d’une grande aventure. 

On avait rarement vu un amour si grand. G lui avait fabriqué une cabane, une chambre à elle. G leur avait construit une maison. G leur avait creusé une piscine. 

Un jour G est parti.

Un chevreuil est venu le remplacer. Il surveillait sa femme depuis le jardin. Un matin, il a cru être vu. Paniquant il est tombé dans la piscine. Enfermé dans ce trou ovale, il paniqua, il hurla, il commença à se noyer. Inéka se rua près de l’eau, elle y plongea des tables, des chaises de jardin pour aider la bête à se relever. Chaque module de plastique lui permit de matérialiser l’emmarchement nécessaire à son sauvetage. Ses pattes glissaient. Sa détermination était immense. Après plusieurs heures de lutte, la bête s’extirpa du bassin. 

Elle le regarda partir. 

Tout le monde avait retrouvé sa liberté.